LoL (laughing out loud) (Liza Azuelos, 2008): chronique cinéma

LOL (LAUGHING OUT LOUD)
Un film de Liza Azuelos
Avec Sophie Marceau, Christa Theret, Alexandre Astier, Jocelyn Quivrin, Françoise Fabian, Jérémy Kapone, Félix Moati, Marion Chabassol, Lou Lesage, Emile Bertherat, Louis Sommer, Jean-Claude Dauphin, Olivier Cruvellier
Genre: comédie
Pays: France
Durée: 1h47
Date de sortie: 4 février 2009

Lola est une adolescente comme les autres, elle aime son petit ami Arthur, elle ne quitte jamais ses deux meilleures amies Charlotte et Stéphane, et tous les soirs passent des heures à discuter sur MSN avec son plus vieux copain, Maël. Le jour de la rentrée elle apprend d’Arthur qu’il l’a trompée pendant l’été et de là, elle lui avoue qu’elle aussi, même si c’est un mensonge. De quiproquos en engueulades, avec ses amis ou avec sa mère, l’année scolaire sera rythmée pour Lola, LoL pour les intimes. Anne, sa mère, n’est pas en reste, sa vie quotidienne est tout aussi mouvementée : elle revoit son ex, le père de Lola, en cachette, fricote avec un flic, et surtout découvre le journal intime de sa fille. Drogue, sexe et rock’n roll, tout à coup ce qu’elle pensait savoir de sa chère tête blonde bascule en cauchemar. Pourtant Lola n’est qu’une jeune fille comme les autres.

lol

Comédie peu originale dans sa thématique, celle de l’incommunicabilité d’une mère et sa fille pourtant complice auparavant, le film se rattrape (un peu) par une interprétation inspirée et un rythme soutenue n’échappant pourtant pas aux clichés du montage rapide façon MTV et à la sempiternelle voix off de l’adolescente en crise commentant la stupidité de l’univers des adultes. La morale de l’histoire, une enfant restera éternellement une enfant aux yeux de sa mère, a déjà été traitée des milliers de fois. Comédie oblige, l’on force le trait, l’on exagère, l’on caricature. Ces adolescents sont décidément très fumeurs (de tabac bien entendu mais aussi de haschich), ils ne pensent qu’au sexe (Charlotte adore les sites pornos et les pervers) et à la musique (Maël le cancre ne désire qu’une seule chose, consacrer sa vie à la chanson et, bien entendu encore, il est très doué). Aux oubliettes l’originalité.

Alors que reste t-il au film ? Et bien sa fraîcheur et sa tendresse. Sophie Marceau est lumineuse et son côté adolescente de La boum n’a pas disparu. Avis aux nostalgiques des années quatre-vingt. Et tout de suite l’on mesure les progrès au travers du genre du teenage movie français. C’est un peu plus âpre et grave par moments (sexe, drogue et alcool obligent) mais cela colle un peu plus à la réalité actuelle d’une adolescence en crise et en manque de repère. A cela il ne faut pas oublier des dialogues très effilés et percutants, un vrai régal. La cinéaste Liza Azuelos, pas vraiment connue encore, avait déjà signé deux comédies, Comme t’y es belle et Ainsi soient-elles, ce dernier traitant déjà des femmes qui parlent du sexe. La comédie de mœurs a décidément le vent en poupe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s