L’enfant de Kaboul (Barmak Akram, 2008): chronique cinéma

L’ENFANT DE KABOUL
(Kabuli kid)
Un film de Barmak Akram
Avec Hadji Gul, Valery Shatz, Amélie Glenn, Mohammad Chafi Sahel, Helena Alam
Genre: drame
Pays: France, Afghanistan
Année: 2008
Durée: 1h34
Date de sortie: 29 avril 2009

Kaboul, dans une ville dévastée mais qui se reconstruit peu à peu, l’histoire d’un chauffeur de taxi, Khaled, qui découvre sur la banquette arrière de son véhicule un bébé abandonné par une femme voilée. Alors qu’il recherche la mère de ce petit garçon, Khaled épuise toutes les solutions jusqu’au moment où il pense adopter l’enfant, lui qui n’a que des filles. Une ONG qui s’intéresse à l’orphelinat de la ville propose alors de passer un message radio avec une récompense à la clef pour celle qui reviendra chercher son fils. Plusieurs femmes se présentent…

lenfant-de-kaboul-affiche

« Certains disent que le cinéma est mort, pour moi le cinéma n’est pas encore né dans certains pays ». Ces propos du cinéaste Barmak Akram prouvent que si le cinéma afghan n’a pas d’histoire, il a du moins un avenir. Le régime des Talibans avait interdit le cinématographe mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Face à cette nouvelle possibilité, Barmak Akram a choisi de montrer sa ville de manière la plus simple qui soit, celle de sa vie quotidienne, loin des images de guerre dont la cité a pu être le théâtre il y a quelques années. Car la vie citadine est bel et bien revenue dans les rues de Kaboul, au point que le chaos des automobiles, des camions, des bicyclettes et des charrettes traînées par des ânes offrent un spectacle étonnant et cocasse. La vie grouille littéralement dans la ville dont les plaies de la guerre s’offrent encore aux regards. Des plaies qui se cicatrisent néanmoins peu à peu.

Dans ce capharnaüm du trafic, une histoire insolite, celle d’un homme qui désespère de n’avoir que des filles, et d’un bébé abandonné par une femme qui ne semble pas avoir les moyens de le nourrir. Ce nouveau bébé va tout d’abord être un poids mort pour Khaled, un poids qui va l’empêcher de travailler correctement avant d’être l’objet de tous les attentions de la famille, autant aux yeux des propres filles de Khaled que ceux de sa femme, qui pressant dans ce nouveau venu une réponse à ses prières. Cette rencontre n’est pas dépourvue d’humour, Khaled préparant le biberon de lait dans une canette de coca à défaut d’autre chose. Une femme qui abandonne son enfant en dit long sur la misère qui règne dans certains quartiers de la ville, des quartiers encore dépourvus d’eau potable et d’électricité. Kaboul vit au rythme de la lumière du jour et le couvre-feu est là pour rappeler le danger encore présent.

lenfant-de-kaboul-photo

C’est à la lumière d’une bougie que la famille se retrouve le soir pour le dîner, dans une ambiance très silencieuse qui n’empêche pas l’affection, une affection bien entendue exprimée par des non-dits et quelques petits cadeaux que le père fait à ses filles. Sans détour, le cinéaste témoigne de la vie familiale assez rude, exposant les profondes différences qui marquent le statut social des hommes vis à vis de celui des femmes. Si les hommes ont rasé leurs barbes et si une grande majorité de femmes ont laissé de côté le tchadri, la culture musulmane est là, très ancrée dans les mœurs. Mais là où les Talibans avaient imposé le silence et les châtiments de pierre, la nouvelle société afghane célèbre la musique et les joies quotidiennes. Ce n’est pas seulement la naissance de l’art cinématographique afghan dont le film témoigne, c’est également de la renaissance d’une population trop longtemps soumise aux diktats des fanatiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s