57000 km entre nous (Delphine Kreuter, 2008): chronique cinéma

57000 KM ENTRE NOUS
Un film de Delphine Kreuter
Avec Florence Thomassin, Pascal Bongard, Marie Burgun, Hadrien Bouvier, Mathieu Almaric
Genre: comédie dramatique
Pays: France
Durée: 1h22
Date de sortie: 23 janvier 2008


Nat, 14 ans, est une jeune fille dont la mère et le beau-père sont des maniaques du caméscope et du blog familial, et dont le beau-père est transsexuel. Recroquevillée dans son monde, c’est-à-dire sa chambre, elle se construit son propre univers par la grâce de son ordinateur, en communiquant avec des inconnus, en particulier avec un jeune garçon qui tombe amoureux d’elle par webcan interposée. Musiques, fringues, rencontres virtuelles avec des gens très bizarres (un homme d’âge mûr qui aime retomber à l’état de nouveau-né notamment), tout est bon pour Nat pour échapper à la pesanteur de cette vie familiale dysfonctionnelle, à l’oeil scrutateur du caméscope parental. Derrière son ordinateur, Nat se construit sa propre perception de la réalité, une perception qui ne résistera pas lorsqu’elle rencontrera pour de vrai le jeune garçon qui l’aime…

Le film traite de l’influence croissante des nouveaux médias dans nos vies quotidiennes, en particuliers de l’influence qu’ils opèrent sur les liens sociaux et familiaux. S’exposer en permanence, c’est risquer de détruire une donnée essentielle de la construction de soi, l’intimité. C’est également le risque de construire sa propre identité uniquement vis-à-vis du regard de l’autre, sans prendre le temps de se regarder soi-même. Nat use et abuse d’internet, pas seulement parce que c’est fun, ou parce que le web est par nature l’outil de la jeune génération, mais surtout parce que c’est le moyen d’évasion le plus incroyable, un moyen qui abolit l’espace et le temps entre les êtres.

Sur la toile, Nat est Natsoky, c’est à dire pas tout à fait elle-même ni tout à fait une autre. Elle est alors un pseudo dans un monde où tout est permis, où rien n’a plus de véritable valeur. En un seul clic, Nat et le jeune garçon marient leur personnage de jeu virtuel avant de parler avec frivolité de divorcer tout aussi sec. Dans ce monde qui échappe à la physique quantique, tout se passe ici et maintenant. La logique des causes et des effets éclate en mille morceaux, plus personne n’est responsable de rien.

A cause de sujet même, le film manque singulièrement de chaleur humaine. La jeune fille est une adolescente effrontée et sûr d’elle, les parents, omniprésents à l’image sont étrangement absents. Seuls les personnages du père transsexuel et du jeune garçon attisent notre curiosité mais sont sous-exploités dans une histoire qui traîne en longueur, une histoire qui coule lentement sans péripétie ni rebondissement. L’ennui nous gagne d’autant plus vite que le tournage du film au caméscope laisse transparaître un manque de rigueur et de réflexion sur le statut même de l’image, pourtant au coeur de la thématique du film. Un sujet à priori riche de possibilités mais décevant par son traitement trop relâché.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s