Léviathan (George Pan Cosmatos, 1990)

Par cinq mille mètres de fond, un groupe de mineurs dirigé par le géologue Steven Beck exploite un gisement de métaux précieux pour le compte de l’influente compagnie Tri-Oceanic Corporation. A quelques jours de la relève, la fatigue se fait sentir et l’impatience règne quand, à la suite d’un incident lors d’une sortie, l’équipe découvre non loin de la station la présence d’une épave russe, le Léviathan. Ils y découvrent quelques documents de bord et une bouteille de vodka rescapée. Pour éviter tout incident Steven Beck confisque le breuvage. Pourtant, Six-pack, l’homme vulgaire de la bande arrive à la détourner pour son compte et celui de Bowman, la femme pulpeuse de service. Le lendemain, des taches apparaissent sur leur corps transformant leur peau en écaille. Le médecin, à la fois expérimenté et indiscipliné, découvre alors qu’une sorte de mutation génétique menace les deux patients qui meurent peu après. La disparition de leur corps inquiète les survivants…

Plongée abyssale au cœur de l’océan, Léviathan n’est rien d’autre que la variante aqueuse d’Alien, tourné dix ans plus tôt. Ajoutez y un soupçon de The thing de John Carpenteur et vous obtiendrez le scénario final du film, ajoutant à l’angoisse d’un espace diffus et hostile la menace d’une créature hybride et insaisissable. Artisan honnête, George Pan Cosmatos, plus habitué aux films d’actions virils tels que Rambo II la mission (Rambo : First blood part II, 1985), Cobra (1986) puis le western Tombstone en 1993, l’est en revanche beaucoup moins dans la maîtrise de l’angoisse. Certes les comédiens sont convaincants, Peter weller en tête, que le cinéaste avait déjà dirigé dans D’origine inconnue (Of unknown origin) en 1983, sans oublier Richard Crenna en médecin rebelle, mais la mise en scène souffre de la banalité du genre. Banalité que ne rehaussent nullement les effets spéciaux de la créature pourtant fabriquée par le génial Stan Winston. Autre lacune, beaucoup plus grave, le métrage manque totalement de réel enjeu narratif et dramatique. L’isolation des mineurs, la séparation d’avec le monde extérieur et la cupidité de la compagnie ne sont qu’un vague contexte dont George Pan Cosmatos ne tire aucun profit si ce n’est la délicate position du cérébral Steven Beck, parachuté à l’occasion par la direction pour commander un groupe de purs techniciens.

L’ennui heureusement ne s’installe pas mais le manque d’originalité déçoit. Léviathan souffre forcément de la comparaison avec le film de James Cameron, Abyss (The abyss), sortit quelques mois plus tôt en France. Là où James Cameron fait de l’océan un monde à la fois inquiétant et merveilleux d’une richesse insoupçonnée, Léviathan n’explore pas suffisamment toute la thématique du monde sous-marin aux portes duquel se confronte l’homme. L’enjeu scénaristique du film, celui de la mutation de l’homme en une créature plus adaptée aux conditions de vie marines, reste superficiel et ne dénonce pas suffisamment les dérives du génie génétique. Trop schématique et conventionnel, le film n’arrive pas à insuffler cette peur primale que peut provoquer les grandes profondeurs où rôde la bête immonde comme a su si bien l’exploiter Steven Spielberg dans Les dents de la mer (Jaws). Ici, bien que la créature lorgne vers l’univers informe de Lovecraft, l’angoisse ne dépasse jamais l’utilisation malheureuse des effets sonores. Ne reste désormais qu’un honnête film de série B s’offrant comme un vestige d’une époque révolue, celle des effets spéciaux traditionnels.

LEVIATHAN
Un film de George Pan Cosmatos
Avec Peter Weller, Richard Crenna, Amansa Pays, Daniel Stern, Ernie Hudson, Michael Carmine, Lisa Eilbacher, Hector Elizondo, Meg Foster
Genre : fantastique, épouvante
Pays : USA, Italie
Durée : 1h38
Date de sortie cinéma : 3 janvier 1990

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s