Agenda cinéma : semaine du 4 juillet 2018

Semaine très chargée avec pas moins de dix-huit longs-métrages au programme, dont Les quatre sœurs, décomposé en quatre parties indépendantes, réalisé par Claude Lanzmann qui vient juste de nous quitter le 5 juillet dernier. Quelques gros titres, tels que Les indestructibles 2 ou encore Tamara vol.2, tenteront d’attirer le grand public mais certaines pépites pourraient sortir leur épingle du jeu comme Au poste ! ou encore Woman at war. Du côté des reprises, il faut noter la ressortie en salle de Journal d’un curé de campagne, L’une chante, l’autre pas et de L’œuf du serpent. De quoi réjouir nos rétines en ce début de période estivale.

À la dérive (Adrift, Balthasar Kormákur, 2018, USA)
Tami Oldham et Richard Sharp décident de convoyer un bateau à travers le Pacifique et se retrouvent pris au piège dans un terrible ouragan. Après le passage dévastateur de la tempête, Tami se réveille et découvre leur bateau complètement détruit et Richard gravement blessé. À la dérive, sans espoir d’être secouru, Tami ne pourra compter que sur elle-même pour survivre et sauver celui qu’elle aime.

American nightmare 4 : les origines (The first purge, Gerard McMurray, 2018,USA)
Pour faire passer le taux de criminalité en-dessous de 1% le reste de l’année, les « Nouveaux Pères Fondateurs » testent une théorie sociale qui permettrait d’évacuer la violence durant une nuit dans une ville isolée. Mais lorsque l’agressivité des tyrans rencontre la rage de communautés marginalisées, le phénomène va s’étendre au-delà des frontières de la ville test jusqu’à atteindre la nation entière.

Au poste ! (Quentin Dupieux, 2018, France)
Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

Le dossier Mona Lisa (Shelter, Eran Riklis, 2017, Israël/Allemagne)
Mona, libanaise, est soupçonnée par le Hezbollah d’être une informatrice des services secrets israéliens. Craignant qu’elle soit démasquée, le Mossad l’exfiltre vers l’Allemagne et lui fait changer de visage. Pendant deux semaines, le temps de se remettre de son opération, ils la cachent dans un appartement à Hambourg. Naomi, agent du Mossad, est chargée de lui tenir compagnie et de la protéger. Mais le Hezbollah est à la poursuite de Mona et la planque ne s’avère pas aussi sûre que prévu…

Femmes du chaos vénézuélien (Margarita Cadenas, 2018, France)
Cinq femmes de classes sociales et de générations différentes dressent le portrait d’une société en perdition et nous permettent de prendre le pouls d’une population en détresse, de représenter une sorte de baromètre de la situation du Venezuela. Filmées dans leur quotidien, elles témoignent de leur détresse face à une situation intenable : celle de la pénurie alimentaire, du manque de moyens médicaux et sociaux, de la violence et de la criminalité grimpantes d’un pays qui fut un eldorado économique et qu’elles ne reconnaissent plus.

L’île au trésor (Guillaume Brac, 2018, France)
Un été sur une île de loisirs en région parisienne. Terrain d’aventures, de drague et de transgression pour les uns, lieu de refuge et d’évasion pour les autres. De sa plage payante à ses recoins cachés, l’exploration d’un royaume de l’enfance, en résonance avec les tumultes du monde.

Les Indestructibles 2 (The Incredibles 2, Brad Bird, 2018, USA)
Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.

Joueurs (Marie Monge, 2017, France)
Lorsqu’Ella rencontre Abel, sa vie bascule. Dans le sillage de cet amant insaisissable, la jeune fille va découvrir le Paris cosmopolite et souterrain des cercles de jeux, où adrénaline et argent règnent. D’abord un pari, leur histoire se transforme en une passion dévorante.

Journal d’un curé de campagne (Robert Bresson, 1951, France) reprise
À sa sortie du séminaire, un jeune prêtre intègre sa première paroisse : d’Ambricourt. Idéaliste et dévot, il se heurte très vite à l’hostilité de ses ouailles. La châtelaine notamment fait preuve d’un athéisme fanatique depuis la perte d’un de ses enfants. Elle meurt peu après avoir retrouvé la foi. Dès lors les haines se cristallisent autour du jeune curé. Accusé par le village d’être alcoolique, alors qu’il souffre sans le savoir d’un cancer à l’estomac qui l’empêche peu à peu de s’alimenter, il meurt loin du village, chez l’un de ses amis prêtre défroqué.

Mes frères (Bertrand Guerry, 2018, France)
Deux frères, Eddy et Rocco, ont connu leur heure de gloire sur la scène « Rock Indé » à la fin des années 90. On les retrouve dix ans plus tard sur une île, défilant en tête de la fanfare locale. Les souffrances ont brisé les cœurs et meurtri les corps, mais la joie va renaître de la fraternité.

L’œuf de serpent (The serpent’s egg, Ingmar Bergaman, 1977, Allemagne/USA) reprise
Berlin, 1923, Abel Rosenberg se sent triplement étranger puisqu’il est juif, américain et chômeur. Alors qu’il se perd dans l’alcool, il découvre le corps de son frère Max, suicidé d’une balle dans la bouche. Interrogé par le commissaire, il a l’intuition qu’on le soupçonne de plusieurs meurtres perpétrés dans le quartier. Il se réfugie auprès de Manuela, ancienne compagne de son frère qui joue un numéro dans un cabaret des bas-fonds. Ensemble, ils font une rencontre perfide et s’égarent dans la peur, menacés par un mal innommable qui « tel un œuf de serpent, laisse apparaître à travers sa fine coquille la formation du parfait reptile. »

Out of Africa – souvenirs d’Afrique (Out of Africa, Sydney Pollack, 1985, USA) reprise
Après une déception amoureuse, la jeune Danoise Karen décide de se marier et de s’embarquer pour l’Afrique. Vite délaissée par un mari volage, elle se consacre à la culture des caféiers et fait figure de pionnière. Son amitié pour l’aventurier Denys se transformera en amour mais elle ne saura pas retenir cet homme épris de liberté.

Les quatre sœurs – Le serment d’Hippocrate (Claude Lanzmann, 2017, France)
Ruth Elias a 17 ans en mars 1939, quand les nazis occupent la Tchécoslovaquie. Sa famille se cache durant trois ans dans une ferme, avant d’être dénoncée et déportée au camp de Theresienstadt en avril 1942. Pendant l’hiver 1943, Ruth découvre qu’elle est enceinte. Elle est envoyée à Auschwitz. En juin 1944, enceinte de 8 mois, elle réussit à entrer dans un groupe de 1000 femmes envoyées à Hambourg pour dégager les gravats d’une raffinerie bombardée.

Les quatre sœurs – La puce joyeuse (Claude Lanzmann, 2017, France)
Le jour de l’invasion allemande de la Pologne, tous les hommes de Wieliczka, près de Cracovie, sont rassemblés par les Allemands dans une forêt voisine, et exécutés. Les corps couverts de sang sont disposés par leurs bourreaux en demi-cercle, pieds joints et têtes vers l’extérieur, comme une représentation artistique. Dès lors, Ada n’a plus qu’une question en tête : non pas « vais-je survivre ? » mais « quelle sera ma mort ? ». Envoyée à Sobibor, où plus de 250 000 Juifs furent exterminés dans les chambres à gaz, elle joue un rôle décisif dans la révolte du 14 octobre 1943. Elle fait partie des 50 survivants.

Les quatre sœurs – Baluty (Claude Lanzmann, 2017, France)
Il existe encore nombre d’archives, de journaux intimes et même quelques photos du ghetto de Lodz, mais très peu de témoignages de survivants. Celui de Paula Biren est d’autant plus exceptionnel qu’elle fit partie de la force de police féminine du ghetto. Des centaines de ghettos qui parsèment la campagne polonaise, celui de Lodz fut le plus pérenne. Il était dirigé d’une main de fer par le président du conseil des anciens, Chaim Mordechai Rumkowski, appelé le « Roi Chaim », un homme convaincu qu’il pouvait sauver une partie de la communauté en les transformant en main d’oeuvre au service des Allemands.

Les quatre sœurs – L’arche de Noé (Claude Lanzmann, 2017, France)
En 1944, quand les nazis commencèrent à déporter les Juifs de Hongrie, Rudolf Kastner, qui présidait le comité de sauvetage, tenta de négocier avec Eichmann. Il proposa deux mille dollars par Juif, montant les prix jusqu’à ce que Eichmann préfère l’argent à la mort. Il fut conclu qu’un transport spécial quitterait Budapest pour Bergen-Belsen, puis continuerait vers la Suisse. Hanna Marton en fit partie. 1684 Juifs échappèrent ainsi à la mort. Au même moment, 450 000 Juifs hongrois mouraient dans les chambres à gaz de Birkenau.

Tamara vol. 2 (Alexandre Castagnetti, 2018, France)
Tamara est séparée de Diego depuis deux ans. Elle quitte enfin le nid pour vivre l’aventure étuidante à Paris avec sa copine Sam. En galère d’appartement, elles acceptent une coloc avec Wagner. Problème : Diego fait partie du lot, et il n’est plus célibataire ! Pour Tamara, qui rêve d’oublier sa petite vie de province, ça commence mal… Et tout se complique lorsqu’elle flashe sur James, le mec parfait : étudiant-photographe-mannequin-DJ canon, star des réseaux sociaux ! Pour l’approcher, elle va devoir devenir populaire et jouer dans la cour des grandes… Tout ça sous le regard de Diego… Entre la fac, l’ex, le futur-ex et des parents toujours sur son dos, il va falloir faire les bons choix !

Trois contes de Borges (Maxime Martinot, 2014, France)
Les Trois contes de Borges adaptent, dans leur langue originale, trois textes du célèbre écrivain argentin Jorge Luis Borges : El otro, El disco et El libro de arena. Trois récits fantastiques où se monnaient les objets de l’éternité qui, à portée de main, mettent en péril nos rapports au temps, à l’image, au langage.

L’une chante, l’autre pas (Agnès Varda, 1977, France/Belgique) reprise
Deux jeunes femmes vivent à Paris en 1962. Pauline (17 ans), étudiante, rêve de quitter sa famille pour devenir chanteuse. Suzanne (22 ans) s’occupe de ses deux enfants et fait face au drame du suicide de leur père. La vie les sépare ; chacune vit son combat de femme. Pauline devient chanteuse dans un groupe militant et itinérant après avoir vécu une union difficile en Iran. Suzanne sort peu à peu de sa misère et travaille au Planning familial… Bref, l’histoire d’amitié indéfectible de ces deux femmes sur près de 15 ans. On y rit, on y pleure, on y chante !

Un village dans le vent (Jean-Louis Gonterre, 2018, France)
Portrait de Burdignes, dans la Loire; un village agricole et rural pas tout à fait comme les autres. Autour d’initiatives liées à l’alimentation, à l’énergie, à l’habitat et à la vie culturelle, les habitants participent à une transition écologique en action et à un « mieux-vivre ensemble ». Avec des paroles fortes, des paysages grandioses, une création musicale réussie, ce documentaire est joyeusement optimiste. De jeunes agriculteurs s’installent, alors qu’ailleurs des fermes sont abandonnées par centaines. Les « paysans d’hier », aujourd’hui officiellement retraités, sont encore là pour aider, conseiller, animer, dans la continuité de leurs innovations d’antan. Précurseurs, dès les années soixante ils se sont lancés dans l’accueil paysan, la ferme auberge, l’ouverture au monde en osant prendre des vacances, voire la création d’une station de ski de fond, dans la foulée des jeux olympique de 1968… Mais surtout, ils ont, depuis toujours, élevé leurs enfants dans la fierté et l’importance du métier de « paysan » : quelqu’un qui vit dans son pays, de son pays, pour son pays…

Woman at war (Kona fer í stríð, Benedikt Erlingsson, 2018, Islande/France/Ukraine)
Halla, la cinquantaine, déclare la guerre à l’industrie locale de l’aluminium, qui défigure son pays. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande… Mais la situation pourrait changer avec l’arrivée inattendue d’une petite orpheline dans sa vie…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s