Agenda cinéma : semaine du 19 septembre 2018

Semaine très chargée avec pas moins de 26 longs-métrages au programme ! Un seul documentaire, Jour de paye ! Vers un revenu universel, réalisé par Christian Tod, et six films en reprise, notamment La religieuse de Jacques Rivette et L’année dernière à Marienbad d’Alain Resnais, tenteront d’attirer les spectateurs. Du côté des nouveautés, le nouveau film de Gaspard Noé, Climax, et le western Les frères Sisters, réalisé par Jacques Audiard avec Joaquin Phoenix dans le rôle titre, sont très attendus. La comédie française est représentée cette semaine par L’amour est une fête de Cédric Anger, qui aborde le milieu du cinéma pornographique des années 1980, et par Le poulain, de Mathieu Sapin, qui dépeint le contexte de la campagne présidentielle. Un seul film d’horreur égaye cette programmation, La nonne, réalisé par Corin Hardly. Le cinéma d’auteur trouve ses marques avec le film indépendant américain Leave no trace de Debra Granik et le film helvético-belge Fortuna de Germinal Roaux.

L’Amour est une fête (2018, Cédric Anger, France)
Paris, 1982. Patrons d’un peep show, Le Mirodrome, criblés de dettes, Franck et Serge ont l’idée de produire des petits films pornographiques avec leurs danseuses pour relancer leur établissement. Le succès est au rendez-vous et ne tarde pas à attirer l’attention de leurs concurrents. Un soir, des hommes cagoulés détruisent le Mirodrome. Ruinés, Franck et Serge sont contraints de faire affaire avec leurs rivaux. Mais ce que ces derniers ignorent, c’est que nos deux « entrepreneurs » sont des enquêteurs chargés de procéder à un coup de filet dans le business du « X » parisien. C’est le début d’une aventure dans le cinéma pornographique du début des années quatre-vingt qui va les entraîner loin. Très loin…

L’Année dernière à Marienbad (1961, Alain Resnais, Italie/France) reprise
Dans un château de bohême transformé en hôtel, des gens vivent dans une atmosphère feutrée. Ils sont là pour se reposer, et tout autre bruit que quelques paroles chuchotées est proscrit. Un homme s’attache à une femme et tente de la persuader qu’ils ont eu une aventure, l’année dernière, à Marienbad.

Avant l’aurore (2018, Nathan Nicholovitch, France)
Mirinda, un Français prostitué, vit au jour le jour dans les faubourgs de Phnom Penh. Une existence faite d’excès et d’espoir, dans une ville toujours marquée par son passé Khmer rouge. Sa rencontre avec Panna, une petite fille livrée à elle-même, va bouleverser son équilibre et lui donner le courage de se transformer encore.

Carnage chez les Puppets (The Happytimes murders, 2018, Brian Henson, USA)
Dans les bas-fonds de Los Angeles, humains et marionnettes – les puppets – vivent ensemble. Deux détectives, un humain et une marionnette, sont obligés de faire équipe bien malgré eux pour découvrir qui assassine les anciens acteurs du « Happy Time Gang », une émission de marionnettes très populaire.

Climax (2018, Gaspard Noé, France)
Naître et mourir sont des expériences extraordinaires. Vivre est un plaisir fugitif.

Fortuna (2018, Germinal Roaux, Suisse/Belgique)
Fortuna, jeune Ethiopienne de 14 ans, est accueillie avec d’autres réfugiés par une communauté de religieux catholiques dans un monastère des Alpes suisses. Elle y rencontre Kabir, un jeune Africain dont elle tombe amoureuse. C’est l’hiver et à mesure que la neige recouvre les sommets, le monastère devient leur refuge mais aussi le théâtre d’événements qui viennent ébranler la vie paisible des chanoines. Ceux-ci vont-ils renoncer à leur tradition d’hospitalité ? Parviendront-ils à guider Fortuna vers sa nouvelle vie ?

Les Frères Sisters (The Sisters brothers, 2018, Jacques Audiard, France)
Charlie et Elie Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d’innocents… Ils n’éprouvent aucun état d’âme à tuer. C’est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Elie, lui, ne rêve que d’une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l’Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité ?

Gatta cenerentola (2017, Ivan Cappiello, Marino Guarnieri, Alessandro Rak et Dario Sansone, Italie)
Naples en décadence, dans le futur. Cendrillon tente d’échapper aux complots machiavéliques de sa belle-mère et de ses six belles-sœurs, qui vivent à bord du Megaride, un bateau ancré dans le port.

Jour de paye ! Vers un revenu universel (Free lunch society : komm komm grundeinkommen, 2017, Christian Tod, Autriche/Allemagne)
Que feriez-vous si vous n’aviez plus à vous préoccuper de gagner votre vie? Il y a encore quelques années, l’idée d’un revenu universel était considérée comme une chimère. Aujourd’hui, cette utopie est devenue plus concevable que jamais: l’opportunité de sa mise en œuvre est l’objet de débats intenses entre économistes et politiques de tous bords. Le film fournit un éclairage sur ce concept, et part à la recherche des explications, des possibilités et des expériences vécues concernant sa mise en place. Le temps est venu de penser différemment : le revenu universel, c’est de l ʹargent pour tous, un droit fondamental sans contrepartie ! Projet visionnaire, hache néolibérale à l’origine de l’État-providence ou utopie sociale-romantique de gauche ? Selon sa nature et l’ampleur de son application, le revenu universel arbore des visages idéologiques très différents. Alors comment peser le pour et le contre? L’inactivité est-elle le doux poison qui mène l’homme à la paresse, ou la libération des contraintes matérielles est-elle une chance pour tous ? Avons-nous réellement besoin du poids de l’angoisse existentielle pour ne pas lentement nous laisser dépérir devant nos postes de télévision ? Le travail salarié ne donne-t-il pas du sens à nos vies uniquement parce que nous n’avons jamais rien connu d’autre ? Ou parce que nous n’avons jamais eu la liberté de nous accomplir autrement ? La terre, l’eau et l’air sont des dons de la Nature, ils se distinguent des biens privés que l’homme produit par son travail individuel. Des champs pétrolifères d’Alaska, aux prairies canadiennes, en passant par les think tanks de Washington et la steppe namibienne, le film nous embarque dans un grand voyage, dévoilant ce que la voiture à pilote automatique a à voir avec les idées d’un milliardaire allemand et d’une initiative populaire suisse.

Leave no trace (2018, Debra Granik, USA)
Tom a 15 ans. Elle habite clandestinement avec son père dans la forêt qui borde Portland, dans l’Oregon. Limitant au maximum leurs contacts avec le monde moderne, ils forment une famille atypique et fusionnelle. Expulsés soudainement de leur refuge, les deux solitaires se voient offrir un toit, une scolarité et un travail. Alors que son père éprouve des difficultés à s’adapter, Tom découvre avec curiosité cette nouvelle vie. Le temps est-il venu pour elle de choisir entre l’amour filial et ce monde qui l’appelle ?

La Nonne (The Nun, 2018, Corin Hardy, USA)
Quand on apprend le suicide d’une jeune nonne dans une abbaye roumaine, la stupéfaction est totale dans l’Église catholique. Le Vatican missionne aussitôt un prêtre au passé trouble et une novice pour mener l’enquête. Risquant leur vie, les deux ecclésiastiques doivent affronter une force maléfique qui bouscule leur foi et menace de détruire leur âme. Bientôt, l’abbaye est en proie à une lutte sans merci entre les vivants et les damnés…

Plongeons ! (2018, Clément Cogitore, Loïc Barché, Tomer, Gabriel Harel, Andrew Ellmaker, Maximillien Van Aertryck et Axel Danielson, France)
Un programme de six courts-métrages réunis autour de la figure du plongeon : saut dans le vide, lâcher-prise, audace… Les protagonistes ici rassemblés devront surmonter leurs peurs, faire des choix personnels et finalement s’affirmer. C’est peut-être ça grandir ?

Le Poulain (2018, Mathieu Sapin, France)
Arnaud Jaurès, 25 ans, novice en politique, intègre par un concours de circonstances l’équipe de campagne d’un candidat à l’élection présidentielle. Il devient l’assistant d’Agnès Karadzic, directrice de la communication, une femme de pouvoir et d’expérience qui l’attire et le fascine. Sans l’épargner, elle l’initie aux tactiques de campagne, et à ses côtés il observe les coups de théâtre et les rivalités au sein de l’équipe, abandonnant peu à peu sa naïveté pour gravir les échelons, jusqu’à un poste très stratégique.

La Religieuse (1966, Jacques Rivette, France) reprise
Au XVIIIe siècle, Suzanne Simonin est cloîtrée contre son gré dans un couvent. Elle trouve un peu de réconfort auprès de la Mère supérieure, mais celle-ci meurt peu après, et est remplacée par une femme sadique qui ne cesse de brimer Suzanne. La jeune femme obtient l’autorisation de changer de couvent, mais reste toujours aussi déterminée à sortir.

Rue des cascades (1963, Maurice Delbez, France) reprise
Belleville, 1963. Alain, petit garçon d’une dizaine d’années, vit seul avec sa mère, qui tient une épicerie café de la rue des Cascades. L’arrivée de Vincent, l’amant noir de sa mère, vient bouleverser son existence. Autant par racisme ordinaire que par jalousie, l’enfant commence par rejeter le nouveau venu. Par sa grande gentillesse, son humour et son imagination, Vincent désarme les a priori du petit garçon qui devient son meilleur allié. Mais ses copains de jeu n’ont pas forcément le même avis…

Sherlock Holmes et l’arme secrète (Sherlock Holmes and the secret weapon, 1943, Roy William Neill, USA) reprise
Le docteur Franz Tobel, inventeur d’un viseur révolutionnaire, échappe aux griffes des nazis grâce à l’intervention de Holmes et part se réfugier à Londres. Inquiet de la portée de son invention, il décide de confier à quatre scientifiques que lui seul connaît, une partie de son projet, et remet à sa fiancée Charlotte les noms codés de ces quatre hommes peu de temps avant de disparaître. Holmes part à sa recherche et comprend très vite que l’ignoble Moriarty est déjà sur les traces des scientifiques.

Sherlock Holmes : le train de la mort (Terror by night, 1946, Rob William Neill, USA) reprise
Une fois de plus, l’implacable logique de Sherlock Holmes est mise à rude épreuve lorsqu’il est engagé par un certain Roland Carstairs, dont la mère est propriétaire d’un diamant appelé « L’Etoile de Rhodésie ». La pierre précieuse doit être protégée lors d’un voyage en train entre Londres et Edimbourg. Holmes, à l’insu de la vieille dame, remplace le véritable diamant par un faux. Mais ce dernier est tout de même volé et Roland Carstairs est assassiné…

Sherlock Holmes – la femme en vert (The woman in green, 1946, Roy William Neill) reprise
Sherlock Holmes enquête sur une série de crimes étranges s’abattant sur Londres. Le meurtrier signe chacun de ses forfaits en tranchant le pouce de sa victime. L’infâme professeur Moriarty semble être une nouvelle fois impliqué.

Vaurien (2018, Mehdi Senoussi, France)
Après cinq ans d’études supérieures, Red est toujours à la recherche d’un travail et lutte chaque jour contre l’exclusion. Lentement, il s’éloigne d’Anna, l’amour de sa vie. Suite à une lettre lui signifiant sa radiation, il se rend à l’Agence pour l’Emploi, où on lui refuse un rendez-vous. N’ayant plus rien à perdre, il prend alors en otage le personnel et le public. Comme un ultime appel à l’aide, il est décidé à sauver ce qu’il lui reste de dignité.

Victimes (2012, Robin Entreinger, France)
François, un jeune homme sombre et solitaire, va consulter un psychothérapeute afin de trouver une solution pour essayer de vivre plus heureux. Mais au fil des séances, le psy va voir en lui un homme violent et potentiellement dangereux, détaché des règles de la société…

Volubilis (2017, Faouzi Bensaïdi, Maroc/France/Quatar)
Abdelkader est vigile et Malika est employée de maison. Ils viennent de se marier et sont fous amoureux. Malgré des problèmes d’argent, ils rêvent d’emménager ensemble et de vivre leur amour. Un jour Abdelkader va vivre un épisode d’une grande violence, une humiliation qui va chambouler leur destin.

Sorties le 21 septembre 2018 :

Qismat (2018, Jagdeep Sidhu, Inde)
Aucun synopsis disponible.

Saamy2 (2018, Hari, Inde)
Les méfaits et la racaille pullulent dans la ville de Chennai. Mais l’inspecteur Saamy, aux méthodes politiquement très incorrectes, veille au grain et se jurent de nettoyer la ville.

Uturn (2018, Pawan Kumar, Inde)
Une journaliste, qui prépare un article sur les contrevenants au code de la route, se retrouve enchevêtrée dans une affaire de meurtre. Au fur et à mesure de l’enquête policière, plusieurs autres meurtres de même calibre la désignent coupable.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s