Vent mauvais (Stéphane Allagnon, 2007): chronique DVD

VENT MAUVAIS
Un film de Stéphane Allagnon
Avec Jonathan Zaccaï, Aure Attika, Bernard Le Coq, Florence Thomassin, Guillaume Viry, Saïd Serrari, Jo Prestia
Genre: drame
Pays: France
Durée: 1h27
Date de sortie: 13 juin 2007
Editeur DVD: Gaumont
Date de sortie DVD: 6 mars 2008

Vent mauvais DVD

Franck, jeune informaticien intérimaire, débarque un jour dans une petite ville de bord de mer où la vie semble s’écouler lentement et paisiblement. Chargé de réparer un ordinateur qui s’occupe de la gestion des caisses dans un supermarché, il découvre rapidement avec incrédulité que le patron détourne de fortes sommes d’argent. Alors que l’intrigue se détourne subitement sur la disparition du précédent informaticien, le doute va s’installer dans l’imaginaire de Franck qui, du statut de petit rouage dans l’ignorance va peu à peu imposer sa présence et ses volontés. Face à lui, Hopquin en gérant avide mais patient tente maladroitement de cacher le fonctionnement de son arnaque. Rattrapés par un ancien magasinier qui désire sa part du gâteau, Franck et le gérant devront jongler avec ces nouveaux profiteurs.

vent_mauvais_1

vent_mauvais_11

Vent mauvais est un petit bijoux de cynisme et de film hybride. Entre le drame et le polar, le ton forcé de certaines répliques lorgne du côté de la comédie. Stéphane Allagnon joue avec les effets, les moments de coupe, les ambiances et le jeu des acteurs avec une maîtrise saisissante et enjouée. Tout sonne juste dans le film, depuis les accessoires à peine visibles, jusqu’aux dialogues empreints de réalisme. Le film arbore une fausse sobriété, sobriété d’autant plus subtile qu’elle est amenée par une maîtrise technique indéniable. Jonathan Zaccaï, quasi omniprésent à l’image sort son épingle du jeu.

vent_mauvais_21

vent_mauvais_23

On peut également voir dans Vent mauvais un film social tout comme Le couperet de Costa-Gavras. Si ce dernier film relate la déchéance d’un cadre prêt à tout pour s’assurer un poste au sein d’une entreprise, ici le point de vue est inverse, c’est le gérant qui est prêt à tout pour sauver son train de vie et sa malicieuse combine. Le rapport à l’argent est devenu le seul et unique moyen de communication entre le patron et ses « employés ». Source de convoitise, l’argent caractérise socialement les individus lorsque, durant une courte scène, la femme rétorque à Franck qu’elle désire bien plus qu’un intérimaire. L’argent trompe et aliène à tous les niveaux et le leçon finale du patron à Franck est saisissante: ton tour viendra, comme si la logique de l’arnaque vivait de façon cyclique, irrémédiable, inévitable.

vent_mauvais_34

vent_mauvais_35

Casanegra (Nour-Eddine Lakhmari, 2008): chronique cinéma

CASANEGRA
Un film de Nour-Eddine Lakhmari
Avec Omar Lotfi, Anas El Baz, Mohamed Benbrahim
Genre: drame
Pays: Maroc
Durée : 2h05
Date de sortie : 21 octobre 2009

casanegra affiche

Casablanca, la ville blanche, n’est pas une réalité pour tout le monde. Adil et Karim en savent quelque chose, le premier soutire l’argent de deux gamins vendeurs de cigarettes au détail, le second rêve de Malmö, une ville suédoise d’où son oncle lui a envoyé une carte postale véritable image d’Epinal d’un pays idyllique. Mais leur quotidien c’est surtout la rue et les courses poursuites avec les forces de l’ordre bien déterminée à chasser tous trafics illégaux. Alors qu’Adil s’occupe de son père devenu impotent à cause de son travail et de sa jeune sœur étudiante, Karim rentre tous les soirs la peur au ventre à cause de son beau-père alcoolique et violent. Loin d’une ville fantasmée par les récits de voyage, Casablanca devient sous les yeux des deux jeunes hommes Casanegra, la ville noire d’où l’on ne peut s’extirper. Une vie tragique menée au jour le jour sans jamais savoir de quoi demain sera fait jusqu’au jour où Adil tombe amoureux d’une vendeuse d’objets d’art.

casanegra photo 1

Le résumé augure d’un portrait réaliste d’une capitale qui traverse comme toutes les autres une véritable crise sociale en souhaitant s’éloigner d’une représentation cinématographique trop glamour et trop artificielle. Pari malheureusement gagné qu’à moitié, certes Nour-Eddine Lakhmari nous laisse entrevoir une Casablanca des rues, des impasses et des petits recoins sombres mais son angle d’attaque presque caricatural sape tout travail de fond sur le thème. Le montage souvent serré et frénétique, la musique omniprésente et le manque de prise de recul sur le sujet traité concourent à travestir le film en spectacle cinématographique ce que le postulat de départ prétendait rejeter. Pourtant il reste quelques scènes, quelques passages qui éclairent cette déception, notamment les séquences où Adil passe du temps avec sa famille, surtout avec son père, père dont il est bien entendu fier mais dont il ne veut pas suivre la trace, son travail à la poissonnerie ayant eu raison de son état physique.

casanegra photo 2

La jeunesse marocaine fait ainsi front à la misère, au manque de travail mais aussi aux manque de perspectives en choisissant la voie du vol ou de la malhonnêteté, non pas par choix idéologique mais par obligation de survie. Et lorsque le parrain du coin s’intéresse à eux, les deux jeunes hommes réagissent différemment. Adil, plus sage et mieux cultivé, comprend que s’associer avec le malfrat c’est s’associer avec le diable et que tôt ou tard cela se retournera contre eux. Karim au contraire ne voit que l’argent facile qu’il leur propose. Pourtant cet univers va se révéler violent et dangereux. Adil et Karim n’ont pas vraiment l’étoffe de malfrats et seules leurs préoccupations envers leur famille les font marcher sur un terrain miné.

casanegra photo 3

On peut regretter que Nourredine Lakhmari n’est pas pris davantage soin de ses personnages, qu’il n’est pas davantage exploré leurs contradictions et leurs attentes. Les personnages secondaires sont même fortement caricaturés, que ce soit le parrain, sadique, la figure de l’Occidental, forcément ingrat et pervers, ou encore le beau-père alcoolique, irritant tant les scènes de violences conjugales paraissent fausses. Le cinéaste rate son portrait même si les intentions étaient bonnes car le cinéma maghrébin a définitivement besoin d’éclore vers de nouvelles directions dont il serait bon qu’elles ne rappellent pas celles d’un cinéma américain indépendant. Parler du Maghreb, autrement, avec sincérité et sobriété, en tachant d’y trouver ce qui agite cette société actuellement. Casanegra se regarde comme un coup d’essai, espérons que le film en provoquera d’autres, plus justes et plus pertinents ceux-là.

casanegra photo 4