Liberté (Tony Gatlif, 2008): chronique cinéma

LIBERTE
Un film de Tony Gatlif
Avec Marc Lavoine, Marie-Josée Croze, James Thiérrée, Rufus, Carlo Brandt
Genre: drame
Pays: France
Durée: 1h51
Date de sortie: 2 février 2010

liberté affiche

Une famille de Tziganes arrivent aux abords d’un petit village de campagne comme chaque année pour les vendanges. Théodore, le maire, vétérinaire de son état, les prévient des nouvelles dispositions prises par le régime de Vichy, les communautés nomades sont désormais interdites. Se sentant peu concernés par les lois, les Bohémiens continuent de vivre selon leurs coutumes, accompagnés d’un petit orphelin, P’tit Claude qui les a suivi sur la route et qui est bientôt recueilli par Théodore. L’enfant s’est pris d’affection pour Taloche, le bohémien violoniste et rêveur un peu fou. La police, la Gestapo et les collaborationnistes rôdent jusqu’au jour où la famille tzigane est raflées pour être internée dans un camp de concentration pour les roms. Théodore, accompagnée de Mlle Lundi, institutrice et résistante, décide alors de céder la vieille maison de pierre de son grand-père aux Bohémiens pour qu’ils échappent à la réglementations des nomades. Mais le besoin de liberté ne connaît pas de frontière ni de mur, le voyage est à leurs yeux inséparable de leur existence.

liberté photo 1

liberté photo 2

Trois ans après Transylvania, son précédent film, Tony Gatlif aborde de nouveau avec Liberté l’un de ses thèmes les plus chers, celui du voyage comme principe vital. Le cinéaste aime les personnages sans attache, sans maison, qui fuient leur passé sans se soucier de l’avenir, des êtres qui vivent l’instant présent comme un don du ciel, qui ne peuvent se résoudre à intégrer les règles et les dogmes du plus grand nombre. Mais cette fois-ci Tony Gatlif s’est détourné de la pure fiction pour s’inspirer du réel, celui de la déportation, de la concentration et du massacre des Tziganes d’Europe sous le régime Nazi. Très attaché à cette communauté itinérante, le cinéaste avait jusqu’ici évité de porter un regard sur l’histoire. C’est par l’entremise de deux Justes, Théodore et Mlle Lundi inspirés de véritables personnages historiques, qu’il nous permet d’approcher cette culture singulière, presque insaisissable de ceux qui emmènent leurs maisons avec eux.

liberté photo 3

liberté photo 4

Contre toutes les barrières, aussi bien celles du pré où paissent leurs chevaux, que celles des pays qu’ils traversent ou bien encore celle de la langue (ils parlent plusieurs langues sans vraiment en parler aucune), les Bohémiens vivent leur vie à l’écart de toute appréhension de la société qui les entoure. Selon eux, ne pas avoir d’identité, d’adresse ou de métier, au sens littéral du terme, mène à la liberté complète là où tous veulent les cataloguer, les parquer, les humilier. Car échapper à toutes les conditions institutionnelles équivaut à ne pas se soumettre. Suprême manifestation d’indifférence, Taloche, le bohémien fantaisiste, se tamponne les fesses comme la secrétaire de mairie tamponne son carnet anthropométrique, sorte de visa d’exception qui permet aux autorités de contrôler les déplacements des Tziganes.

liberté photo 5

liberté photo 6

Face au drame terrible des déportations, Tony Gatlif impose sa patte joviale et musicale. Véritable ode à la liberté d’être, les musiques tziganes irriguent cette insatiable volonté d’émancipation et d’indépendance. Les notes et les mélodies entraînent les personnages, et les spectateurs par la même occasion, dans un tourbillon d’insoumission momentanée. Image terrible du film, Taloche trouve sur un rail une montre gousset aux caractères hébreux abandonnée sur la chaussée. Seule image véritablement fixe du film, le tic-tac assourdissant de l’objet annonce l’horreur à venir. Sans écarter cette dimension tragique, le réalisateur ne se laisse pourtant pas piéger par la dramatisation à outrance des faits. Bien au contraire il préfère souligner l’énergie débordante de vie de ceux qui ne seront bientôt plus.

liberté photo 7

Les soldats de l’ombre (Ole Christian Madsen, 2008): chronique DVD

LES SOLDATS DE L’OMBRE
(Flammen & Citronen)
Un film de Ole Christian Madsen
Avec Thure Lindhardt, Mads Mikkelsen, Stine Stengade, Peter Mygind, Mille Hoffmeyer Lehfeldt, Christian Berkel
Genre: guerre, espionnage
Pays: République Tchèque, Danemark, Allemagne
Durée: 2h05
Editeur DVD: Swift Productions
Date de sortie DVD: 6 mai 2009

les soldats de l'ombre dvd

Sous l’occupation allemande lors de la Seconde Guerre Mondiale, le Danemark a tout d’abord accepté son destin avant un sursaut insurrectionnel en 1943. La résistance s’organise alors avec la multiplication des groupes des groupes de l’ombre. Parmi eux, Bent et Jorgen, dits Flamme et Citron, sont deux insurgés spécialisés dans l’assassinat de traîtres, de collaborateurs ou d’officiers nazis à Copenhague. Ils reçoivent leurs ordres de Winther qui les tient lui des forces britanniques. Lorsqu’une étrange femme blonde débarque dans la vie de Bent et que l’assassinat contre un haut-gradé de l’armée allemande échoue, les convictions de Bent et de Jorgen commencent à vaciller. Le jeu de la désinformation rendent les frontières obscures, Winther est-il bien aux ordres des forces alliées, ou agit-il pour son propre compte, cette jeune femme mystérieuse est-elle bien une infiltrée au près du chef de la Gestapo ou une mercenaire sans scrupules, ce haut-gradé est-il coupable des crimes nazis ou bien un résistant allemand qui essaye de saboter les idées néfastes du troisième Reich de l’intérieur ? Bent et Jorgen commencent à s’apercevoir qu’ils ne peuvent compter que sur eux-même.

les_soldats_de_lombre_1

les_soldats_de_lombre_10

Film qui n’a pas connu les honneurs d’une sortie en salle en France, Les soldats de l’ombre est néanmoins un excellent exemple de l’ambiance complexe des forces de l’ombre qui ont tenté de renverser ou de saboter l’occupation de leur pays par l’armée nazie. Ici donc le Danemark dévoile une partie de son histoire récente dans un genre qui prend trop souvent comme cadre des opérations la France, l’Allemagne ou l’Angleterre dans un conflit qui pourtant couvrait l’Europe entière. En suivant ces deux grandes figures de la résistance danoise, le film joue davantage la carte du film d’espionnage que celui du film de guerre, les conspirations, infiltrations et autre trahisons venant mettre en péril l’engagement patriotique des deux hommes qui, dès lors, perdent tout semblant de vie normale. L’un est par ailleurs père et époux, statut qui s’accordent mal à un engagement quotidien et sans faille à la cause. L’autre est un jeune célibataire justement séduit par le charme mystérieux de cette femme sortie de nulle part.

les_soldats_de_lombre_13

les_soldats_de_lombre_14

Les résistants sont-ils des terroristes, de vulgaires assassins lorsqu’ils frappent les cibles que les supérieurs leurs ont désigné ? La cause justifie t-elle ces assassinats en sachant que les représailles sont parfois trois fois plus meurtrières ? Le peuple se rappelle t-il de ce jour où ils sont arrivés et ont pris le pouvoir du pays sans aucune résistance ? Bent et Jorgen découvrent vite que, même la guerre terminée, plus rien ne sera jamais comme avant pour eux qui n’ont pas hésiter à salir leurs mains de sang, combien même c’était celui de leurs ennemis. L’engagement dans la cause de la résistance n’empêche pas la culpabilité et les doutes sur le chemin à suivre, surtout quand ce chemin implique celui de s’éloigner irrémédiablement de sa femme et de sa fille. Les soldats de l’ombre est un film à la violence contenue mais qui révèle avec justesse du caractère irrémédiable de ce choix.

les_soldats_de_lombre_16

les_soldats_de_lombre_19